lundi 8 février 2021

Ce que les Neurosciences nous disent pour réenchanter la formation

Bonjour à toutes et à tous,

Depuis 9 ans au moins, je suis formateur (et enseignant) sur des thèmes liés au mangement, à la carrière et aux soft skills. J'ai suivi plusieurs formations de formateur dont la plus récente à Berlin - 35 heures en février 2020. Je définis ma pédagogie par ce concept d'"Action Learning" qui assume un déséquilibre entre la théorie (20%) et la pratique (80%).

Je suis aussi régulièrement formé car, notamment dans mon rôle de coach, la formation continue fait partie de la déontologie.

Je suis un apprenant assez souvent insatisfait, je dois le reconnaître, de la forme sous laquelle sont dispensées les formations que je suis amené à suivre. J'ai longtemps cru que j'étais particulièrement difficile et que globalement nous apprenants étions bien trop bienveillants dans nos évaluations de ces journées. J'ai maintenant, suite à la lecture d'un livre - cf. image ci-dessous - (qui fait suite à de nombreuses autres lectures si je suis honnête depuis 9 ans) la conviction que nous formateurs devons tous urgemment mettre à jour notre logiciel en prenant en compte ce que les neurosciences ne cessent de nous révéler depuis plus de 30 ans et que les Canadiens, précurseurs appliquent depuis tout ce temps. Il y a 25 ans justement, j'étudiais au Canada et j'avais déjà eu un avant goût de cela, après 2 années d'enseignement magistral dans une Ecole de Commerce.

Je tente de résumer ci-dessous ce que nous formateurs devrions prendre en compte et ce que nous apprenants devrions exiger des formateurs pour faire que chaque journée de formation soit une vraie expérience exaltante. 

A taire nos exigences d'apprenants (souvent par manque de conscience de nos besoins), nous ne rendons service à personne et surtout pas aux formateurs. Comme le dit très bien le pape francophone de la CNV (Communication Non Violente) Thomas d'Ansembourg dans son bestseller, il convient de cesser d'être gentil et d'être vrai pour notre bien-être à tous! Le secret comme toujours et c'est ma conviction: Conscience + Assertivité = Bonheur


Quels sont donc ces grands principes que les chercheuses et chercheurs en neurosciences nous ont révélé et continuent de nous révéler pour réenchanter la pédagogie ?
  • 67% des enseignants-formateurs transmettent comme ils ont appris. Il est urgent de se poser la question sur les attentes des apprenants. La carte des multiples apprenants peut être simplifiée avec un modèle comme celui des couleurs (DISC de Marston), ce que le livre propose mais tout modèle de personnalité pourra aussi être retenu pour faire cette lecture des apprenants.
  • Il est important d'annoncer la destination, les finalités (le sens) et la progression envisagée pour l'atteindre (le programme ou plan de travail). Tout au long de la formation, il s'agit de mettre l'emphase sur le sens ("dans la vie, cela vous servira à chaque fois que...")
  • Il est important d'intégrer les biorythmes, à savoir la courbe d'énergie des apprenants tout au long d'une journée. Fort de cette connaissance, le déjeuner doit être suivi a minima d'une heure de capsules action
  • Il est clé de varier les modalités pédagogiques avant, pendant et après le bloc de formation. Par exemple, dans les pays anglo-saxons, Canada en tête, les classes inversées sont depuis longtemps une pratique courante: le contenu est appris en amont du "pendant" où le formateur facilitateur va organiser les échanges et faire expérimenter avec par exemple des jeux de rôles le contenu. 
  • Il convient de varier les activités (les auteurs parlent de capsules) toutes les 10 minutes et de donner du rythme par une pédagogie active qui laisse la part belle à l'expérimentation des concepts (jeux de rôles, situations des apprenants, etc.). On parle de pédagogie active. L'apprenant retient 90% de ce qu'il dit par le lien avec ce qu'il fait ou ce en quoi il est impliqué. Au-delà du savoir qui aura été exposé en max. 10 min, il s'agit de passer au savoir faire avec par exemple une capsule de mind-mapping en petits groupes sur les expériences des apprenants avant une capsule d'expérimentation, etc.
  • Dans ce temps de 10 minutes, 1 minute pour expliquer le concept (alerter) et donner du sens et 9 minutes pour développer
  • Il faut passer du feedback au feedforward pour que les apprenants n'aient pas peur et ainsi osent plus. Bref, tourné vers l'avenir, faire dire à/dire ce que la prochaine fois la personne pourra modifier/faire de différent. Un excellent article sur le sujet a été écrit par Alain Cardon, un des maîtres coachs en France qui m'a formé: https://www.metasysteme-coaching.fr/francais/feedback-ou-feed-forward-la-est-la-question/
  • Il s'agit d'utiliser la musique en appui pour plus de plaisir
  • Puisque le cerveau ne peut traiter qu'un sujet à la fois, il s'agit de clairement traiter les sujets un par un
  • Les supports pédagogiques seront plutôt peu chargés en texte (20 mots par diapo) et illustrés (images), un mix clé pour éveiller la conscience tout en stimulant l'attention
  • Il convient d'avoir un processus pour renforcer la mémorisation des apprenants. Selon Hermann Ebbingshaus, 90% des apprenants ont oublié ce qu'ils ont appris après 30 jours. Voilà pourquoi il convient de répéter sous une forme différente. Le livre parle de répétition en marguerite avec sur un même sujet un enchaînement de capsules (mind-map, jeu, simulation, échange, quiz, etc.)
  • Une suggestion pour casser le rythme est d'introduire certains sujets par des vidéos
  • Sur le même objectif, il convient d'avoir une bibliothèque de brise-glace ("ice-breaker") qui permettre de redynamiser entre 2 sujets
  • Il est important de connecter la tête et les jambes: 38% des apprenants sont majoritairement kinesthésiques (toucher, mouvement); il s'agit de la plus grande catégorie d'apprenants et pourtant les pédagogies proposées les ignorent souvent. Le discours et la pédagogie doivent appuyer sur les différents sens : Visuel, Auditif, Kinesthésique, Olfactif et Gustratif (VAKOG)
  • Accompagner la transposition post-formation pendant 3 à 6 mois. Personnellement sur cet élément, je donne à chaque apprenant une feuille avec 4 sections comme suit, ce qui permet après chaque bloc d'apprentissage (répétitions) de réfléchir au transfert dans la vie de l'apprenant. J'insiste auprès des entreprises pour décomposer les formations en au moins 2 blocs à 4 à 6 semaines d'intervalle pour discuter à partir du 2ème bloc des mises en pratique et des questions éventuelles que cela suscite

"La connaissance des mécanismes du cerveau humain apporte un potentiel illimité dans la compréhension de l'apprentissage et dans l'optimisation des facultés d'apprentissage de chacun" - Jean-Pierre Chagneux et Stanislas Dehaene, professeurs au Collège de France cités dans le livre dans la préface rédigée par Bernard Ramanantsoa, ancien Directeur d'HEC.

Au plaisir de lire toutes les bonnes pratiques / commentaires des formateurs et/ou apprenants qui me liront :-)

Cyril

jeudi 7 janvier 2021

Et si François Mitterrand nous donnait des conseils Carrière?

 Demain le 8/01/2021 cela fera 25 ans que François Mitterrand est mort. 

Le jour de sa mort (le 8/01/1996), je faisais la route Paris-Brême où j'allais m'installer pour ma coopération (CSNA, l'ancêtre du VIA ou Volontaire International en Administration, le cousin du VIE - E comme Entreprise) à l'Institut Français de Brême. A mon entrée en Allemagne, tout juste sortant des Pays-Bas dans ma Clio noire à 4 portes, je me suis arrêté sur une aire d'autoroute et j'ai appris son décès. L'émotion m'a saisi. L'émotion m'a surpris. Et chaque 8 janvier je me souviens. 

Aujourd'hui, je me suis laissé aller à imaginer que François Mitterrand donnait au travers de citations détournées des conseils Carrière. Voilà ce que cela donne:

  • Il y a toujours un avenir pour ceux qui pensent à l'avenir
  • Pour dire oui, il faut pouvoir dire non
  • Qui a peur de son ombre attend midi pour se lever. Pendant ce temps, les autres courent
  • La pire erreur n'est pas dans l'échec mais dans l'incapacité de dominer l'échec
  • L'égalité n'est jamais acquise; c'est toujours un combat
  • Les responsabilités nous envahissent, c'est vrai. Mais sans elles, qu'est-ce qu'on s'ennuie
  • On n'apprend rien par la parole mais tout par l'exemple
  • Gouverner, ce n'est pas plaire
  • Le courage consiste à dominer sa peur, non pas à ne pas avoir peur
  • Dans la vie, il faut essayer d'aménager les cycles qui vont de la lassitude à l'enthousiasme
  • Etre d'accord avec soi-même, je ne connais pas de meilleur bulletin de santé
  • L'habitude, ce confort mortel
  • Le destin de la Seine est-il d'arroser Paris ou d'aller vers l'océan?
  • Qu'est-ce que la vieillesse? C'est d'abord perdre la curiosité
J'ai hésité à commenter et finalement je laisse à chacun.e le loisir d'interpréter chaque citation. Chacune résonnera par rapport à votre présent, votre histoire.

Belle journée,

Cyril



jeudi 31 décembre 2020

2021 - se mettre au Bullet Journal pour plus de sérénité

 Bonjour à toutes et à tous,

Je vous souhaite une belle année 2021. Qu'elle vous apporte des moments d'amour - l'amour, à 360° est selon Barbara Frederickson, chercheuse en psychologie positive la plus grande émotion -, la réalisation de vos voeux les plus chers, etc.

Pour ma part, j'ai fait il y a quelques jours le bilan de mes réalisations 2020 et j'ai établi mes objectifs pour 2021. En cette fin d'année 2020, j'ai découvert le Bullet Journal et j'ai décidé de m'y mettre. J'ai déjà acheté un agenda approprié pour cela sur https://boutique.my365.fr/, le semainier couleur Forêt version reliée (photo ci-dessous). Beaucoup de passionné.e.s sur le sujet vont juste acheter un carnet de notes avec des pages vierges et créer leur propre modèle totalement adapté à leurs besoins.

De quoi s'agit-il? D'un outil de gestion du temps, des priorités, des idées (avec des listes appelées collections), de structuration de nos pensées. L'idée n'est pas tant de gagner en efficacité que de mieux s'organiser et qui sait d'avoir plus de temps pour Soi! 

Le Bullet Journal est agrémenté de pages spécifiques ou d'outils spécifiques:

- une page index pour savoir où est quoi dans ce Bullet Journal

- le future log pour les listes les choses à faire dans le futur

- le monthly log (ou weekly selon vos préférences, cumuler c'est possible!) pour lister les choses à faire dans le mois / la semaine...

- les pages quotidiennes ou daily log (pour les fainéants comme quoi qui achètent un agenda déjà pré-établi, c'est selon le format d'agenda)

- les trackers (courses, sport, etc.) pour suivre des activités régulières

- les listes ou collections (livres à lire, films à voir)

- les objectifs et événements sur le mois

L'idée est de faire tenir toute sa vie dans un seul support!

Beaucoup de bon sens, non? Eh oui. Il s'agit de passer au moins 5 minutes par jour à faire le point sur son monthly log (ou weekly selon) et de voir sur la journée et le lendemain ce que l'on a à faire. Le Bullet Journal peut être beau mais doit avant tout être utile. Il faut plutôt aller voir dans le Art Journal pour celles et ceux qui veulent faire du vraiment beau. Au final quand même, mieux vaut fait que parfait, non?

Pour aller plus loin, vous pouvez lire le livre référence du créateur du concept Ryder Carroll - cf. ci-dessous - ou regarder aussi cette vidéo qui présente le concept dans les grandes lignes: https://www.youtube.com/watch?v=UnZ0iEUmRw8&t=140s (7 min 20 en français)


Pour celles et ceux qui parlent anglais, Ryder présente son bébé en 5 minutes dans cette vidéo: https://www.youtube.com/watch?v=fm15cmYU0IM

A vos feutres, stylos etc. L'écrit structure la pensée et sert de rappel :-)

Cyril



mardi 27 octobre 2020

Et si on se donnait de l'auto-empathie?

 Voilà 3 semaines que je suis en colère. D'habitude le phénomène est là et dure maximum 48 heures. Après l'avoir accueillie, je vois comment la calmer. S'agissant de la colère, je sais que c'est la mise en mouvement qui fonctionne bien. Et d'ailleurs j'ai finalement tendance à lui dire "sois la bienvenue colère" car je sais d'expérience que des choses positives vont en sortir.

La colère comme les 6 émotions de base établies par le psychologue américain Paul Ekman (joie, colère, suprise, peur, tristesse et dégoût) est un symptôme que quelque chose doit changer. Bien sûr chaque langue fourmille d'une ribambelle d'ajectifs pour rendre compte de bien plus de subtilité s'agissant de la palette de nos émotions. La liste ci-dessous établie par l'ACNV est un support intéressant pour arriver à bien nommer la couleur précise de votre émotion:

Le processus que je vous propose s'appelle l'auto-empathie ou empathie pour soi-même:

1.  Comment est-ce que je me sens ? : quels sont mes ressentis corporels ? quelles sont mes pensées ? Puis-je nommer l’émotion à l’œuvre, qualifier son intensité sur une échelle de 0 à 10 ?

2.  De quoi ai-je besoin pour calmer cette émotion ? (on fait le postulat que l'on souhaite en diminuer l'intensité, voire la faire disparaître)

3. Que puis-je faire pour nourrir ce besoin ? Quelle action puis-je entreprendre ?

En ce moment, cela m'aide beaucoup. J'espère que cela vous aidera aussi :-)

Mes actions de mise en mouvement du moment sont comme suit (pour celles et ceux qui auraient besoin d'inspiration):

- marcher (le mouvement au premier sens du terme);

- aller au musée;

- imaginer des voyages dans le futur, me procurer ainsi une forme de joie anticipée (que les Allemands nomment par ce mot que nous n'avons pas "Vorfreude").

A vous de jouer!



mardi 13 octobre 2020

Networking: questionner, donner et aimer - 2 contre-exemples

Depuis 1 an, j'ai de plus en plus de démarchage direct par LinkedIn souvent sous couvert de démarche réseau. En dehors de ce support, j'ai aussi d'autres sources de contacts qui donnent lieu souvent à de beaux échanges en bilatéral. 

Je forme à la démache réseau et j'ai souvent l'occasion d'en expliquer les 10 commandements, etc. Aujourd'hui, j'ai envie de vous parler de contre-exemples car c'est parfois assez parlant et une bonne façon de mémoriser une règle. J'ai ainsi eu (merci à elles) deux superbes contre-exemples de ce qu'il ne faut pas faire en matière de Networking :

- La première: appelons-la Monique. Nous sommes mis en contact par un collègue coach commun qui pense bien faire a priori. Nous nous mettons d'accord sur un créneau et là elle m'appelle. Elle me parle d'elle, d'elle et puis encore d'elle. Elle me demande si j'ai des contacts. Je lui explique gentiment que j'en ai mais qu'ils n'ont à ma connaissance pas de besoins spécifiques que je lui ferai signe si jamais... Il eut fallu QUESTIONNER, DONNER et AIMER... Cette personne n'a montré aucun autre intérêt que commercial. Elle a totalement échoué dans l'entrée en relation et n'a clairement pas été professionnelle (surtout s'agissant d'une consultante carrière), n'a pas cherché et donc n'a pas su générer ma confiance. 

- La deuxième c'est tout récent: Charlotte (le nom a été modifié) est CEO d'une entreprise qui évolue dans le secteur du Conseil Carrière. Là elle passe par la demande de mise en contact sur LinkedIn. Cette demande est personnalisée avec une proposition de parler 5 minutes "employabilité". Pas mal vu. L'angle attise ma curiosité et je lui demande de me préciser tout en l'invitant à caler un créneau par Whatsapp avec mon numéro. Elle me répond par la messagerie LinkedIn et me dit qu'en fait elle cherche des contacts dans des écoles car ils sont ses clients. L'approche était tactique et le masque tombe... Il eut fallu QUESTIONNER, DONNER et AIMER...

La règle numéro 1 du réseau est de tout demander sauf un job (pour un candidat), sauf un client (pour un entrepreneur)... Soyez généreux, questionnez, donnez et aimez! Intéressez-vous à l'autre sincèrement, voyez quelle sont ses problématiques et comment vous pouvez l'aider. Alors, parlez des vôtres. 

Imaginez peut-être que, par une belle journée d'automne, vous cheminiez côté à côté dans cette allée d'arbres. 

The more you give, the more you get!

mercredi 24 juin 2020

Quel monde je veux pour moi demain?

Si, comme moi vous sortez peu à peu de votre cabane de confinement, vous vous demandez peut-être comment en faire le bilan, garder des choses, en faire évoluer certaines. Le monde de demain sera différent, c'est bien une évidence puisque le monde change chaque jour. Quand on a dit ça en fait, on a rien dit. La Palice en aurait dit autant!
Différent comment?

Voici un outil: l'étoile de mer. Je l'ai découvert il y a 6 ans. Lors d'un récent cours de Career Development à des MBA je lui ai enfin trouvé un joli visuel (cf. image). Et, comme j'aime enfin le latin (à défaut de l'avoir aimé jusqu'à la seconde) et que le nom de ma boite est en latin (Invicem Management, Invicem comme mutuellement, réciproquement), je l'ai nommé Stella Maris.



Il s'agit de passer par les 5 bras de l'étoile de mer et de vous poser les questions entre maintenant et demain:
- Qu'est-ce que je veux maintenir que j'ai expérimenté?
- Qu'est-ce que je veux développer / accroître?
- Qu'est-ce que je veux ajouter?
- Qu'est-ce que je veux supprimer?
- Qu'est-ce que je veux diminuer?

Le tour est joué. Ajoutez-y un plan d'actions au final. Partagez avec une personne de confiance qui fera peut-être aussi l'exercice avec vous et avec qui vous vous donnerez rendez-vous dans 3 ou dans 6 mois.

Qu'en pensez-vous?

jeudi 9 avril 2020

"J'aurai réussi mon confinement si..."

Bonjour,

Certains d'entre nous écrivent en ces temps de confinement, journal de confinement ou pas. Il y aura sûrement dans quelques mois quelques écrivains qui nous en parleront. Je pense tout particulièrement à Frédéric Beigbeder en écrivant cette phrase.

J'ai comme beaucoup pris une page blanche il y a quelques jours ou plutôt j'ai ouvert un fichier vierge. J'étais tenté de l'appeler "Nos jours décalés" tant il me semble que les choses sont, plus qu'à annuler, à décaler. Et je me suis mis à écrire. J'y retourne certains jours. Cela parle beaucoup d'attitudes et de libertés face à la vie.

Dans un groupe que j'anime, nous nous sommes aussi donné un exercice d'écriture que je souhaite partager avec vous aujourd'hui. Une conférence que je donnais hier "Candidat 3.0: 10 outils du web pour faciliter votre recherche d'emploi ou votre création d'activité" m'a rappelé un outil digital qui vient complémenter l'exercice.

Alors, de quoi s'agit-il?

1. Prenez une ou deux feuilles et un stylo ou un crayon. Un carnet fera aussi l'affaire ou un fichier si vous trouvez que vous ne passez pas assez de temps sur les écrans en ce moment :-)
2. Mettez un minuteur ("timer"), celui de votre cuisine, de votre montre, de votre smartphone, etc. Je vous suggère entre 10 et 20 minutes pour l'exercice.
3. Ecrivez ce début de phrase (on parle d'incipit en écriture, les premiers mots d'une oeuvre...) "j'aurai réussi mon confinement si" et continuez en écrivant vos pensées. On parle là d'écriture automatique. L'exercice est notamment cité comme un outil puissant par Julia Cameron dans son bestseller "Libérez votre créativité". Il libère effectivement ladite créativité et stimule l'intuition.
4. Prenez une pause et qui sait désaltérez-vous. 
5. Revenez vers votre lettre et lisez là calmement.
6. Recopiez cette lettre sur le site Futureme.org et imaginez votre date de fin du confinement. Envoyez-vous cette lettre dans ce futur plus ou moins proche.


Pour ma part, j'ai fait l'exercice dimanche 5 avril. Je m'envoie la lettre au vendredi 22 mai à midi. Suite à l'exercice, j'ai surligné les éléments importants de ma lettre. Je les ai mis sur des post-its. Puis sur une feuille de paperboard, j'ai dessiné mes 7 semaines à venir et j'ai positionné mes post-its.

A vous de jouer!

Portez-vous bien 

Paris, Covid-19 #24